La norme NF C 15-100

Fixe les règles des installations électriques dans les locaux d'habitation.

La norme française NF C15-100 réglemente les Installations électriques en basse tension en France. Elle porte plus précisément sur la protection de l'installation électrique et des personnes, ainsi que sur le confort de gestion, d'usage et l'évolutivité de l'installation.

Un peu d'histoire

La norme mère de la NF C15-100 est la suite de la norme C11 apparue en 1911. Son titre s'est transformé dans le temps en NF C11, USE 11 et enfin NF C15-100. La première édition de la NF C15-100 apparaît en 1956. En 1969 elle est rendue obligatoire pour les logements d'habitation neufs; la prise de terre est imposée.

En mai 1991 elle est sous forme d'un classeur de couleur rouge. Elle exige notamment le dispositif différentiel 30 mA. La mise en place des canalisations et des matériels électriques pour les salles d'eau et salles de bain doit respecter des règles selon des volumes définis.

Afin d'assurer la protection des travailleurs, certaines parties de la norme de 1991 sont rendues obligatoires pour les établissements industriels. Elle est amendée en décembre 1994 et décembre 1995 (Amendements A1 et A2).

De nos jours

La version actuelle paraît en 2002. La norme est homologuée le 5 novembre 2002 par le directeur de l'AFNOR et prend effet à compter du 5 décembre 2002, toutefois elle ne s'impose que pour les permis de construire à compter du 1er juin 2003.

Depuis, elle a reçu 7 amendements : A1 en août 2008 | A2 en novembre 2008 | A3 en février 2010 | AC1 en octobre 2010 | AC2 en décembre 2011 | A4 en mai 2013 |
Le dernier en date : A5 en juin 2015
Les deux arrêtés entrés en vigueur le 1er septembre 2016 concerne la partie courant faible et réseaux de communication.

A quels chantiers l'amendement 5 est-il applicable ?

L'Amendement 5 devient applicable dans l'intégralité de sa nouvelle structure et de ses nouvelles exigences à compter du 27 novembre 2015.
A cette date, l'arrêté du 22 octobre 1969, qui rend la norme obligatoire pour fixer les règles des installations électriques des bâtiments d'habitation neufs, continue d'exiger l'application de celle-ci dans tous ses éléments (installation électrique et réseau de communication).
Les dispositions du nouvel amendement s'appliquent aux ouvrages dont :
  • la date de demande de permis de construire,
  • la date de déclaration préalable de construction,
  • la date de signature de marché,
  • la date d'accusé de réception de commande du marché,
  • sont postérieures au 27 novembre 2015.



    Amendement 5

    Les circuits prises

    Nombre de prises par pièce

    Les circuits prises



    Les fixations à griffes

    Dans le neuf, la fixation à griffes dans les boîtes d'encastrement est interdite pour tous les appareillages, afin d'améliorer la sécurité et la pérennité de l'installation.
    En rénovation, lorsque les boîtes existantes ne peuvent pas être remplacées, il est admis de mettre ponctuellement en oeuvre un l'appareillage à griffes, à condition qu'à l'usage l'appareillage ne ce décroche pas.



    Décompte des socles de prises

    Les circuits prises

    Nombre de prises maximum par circuit

    Les circuits prises



    Les points d'éclairage

    Rappel du nombre de points d'éclairage par pièce

    Les circuits prises



    Règles pour les DCL (Dispositif de Connexion Luminaire)

    A l'intérieur du logement toute gaine noyée ou encastrée alimentant un point d'éclairage doit être terminée par une boîte de connexion équipée d'un socle DCL.


    Par dérogation,
    il est possible de raccorder directement le point d'éclairage si :

  • s'il n'est pas possible d'intégrer ou de rajouter une boîte de connexion pour luminaire dans le support. Exemples : dalle béton, plancher acier...
  • si l'alimentation terminale à connecter au luminaire est apparente. Exemple : applique salle de bain alimentée sous moulure
  • si le luminaire dispose de son propre boîtier de raccordement. Exemple : spot encastré disposant de sa propre boîte de connexion
  • si la surface d'appui et/ou le dispositif de fixation d'un luminaire installé en applique a un diamètre inférieur à celui d'une boîte luminaire
  • Rappel des règles pour l'extérieur

    A l'extérieur du logement, tout circuit alimentant un point d'éclairage doit aboutir :

  • dans une boîte de connexion pour luminaire équipée d'un DCL
  • dans une boîte de dérivation
  • dans un luminaire équipé d'un dispositif de connexion
  • sur une douille non fixée permettant la fonction de test et d'essai de l'installation électrique
  • Dans tous les cas, le dispositif doit avoir un IP adapté à l'emplacement extérieur considéré.

    Protection des circuits lumière

    Prévoir un disjoncteur 10 A pour 8 points lumineux maxi.



    Le circuit chauffage

    Les circuits prises

    Section des fils sont définies suivant la puissance totale des appareils

    En cas de chauffage électrique, la norme NF C 15-100 impose qu'un circuit soit systématiquement dédié aux appareils de chauffage. La protection par disjoncteur et la section des fils sont définies suivant la puissance totale des appareils. (voir tableau ci contre)

    Protection du circuit chauffage

    Prévoir un disjoncteur par tranche de puissance totale
    (exemple : 20 A par tranche de 4500 W)



    Le circuit volets roulants

    Comme pour le chauffage, il est obligatoire de créer au moins un circuit spécialisé pour les volets roulants.
    Il est possible de mettre plusieurs volets sur un même circuit.

    En cas de volets roulants motorisés, la norme NF C 15-100 impose de créer au moins un circuit spécialisé, systématiquement dédié à l'alimentation des moteurs de volets.
    Ce circuit est câblé en fils de 1,5 mm² et protégé par un disjoncteur de 16 A maxi (ou 20 A avec des fils de 2,5 mm²).



    Les interrupteurs différentiels

    La norme NF C 15-100 fixe les règles pour protéger au mieux les personnes des risques électriques

    Règles de décompte

    Les circuits prises




    Le nombre et le type d'interrupteurs différentiels sont déterminés par la taille de l'installation électrique.

  • tous les circuits doivent être protégés par au moins deux interrupteurs différentiels 30 mA
  • les circuits plaque de cuisson, lave-linge, prise de recharge de véhicule électrique doivent être protégés par un interrupteur différentiel de type A
  • les autres circuits doivent être protégés par au moins un interrupteur différentiel de type AC ou de type A
  • les circuits éclairage et prises de courant doivent être répartis sous au moins deux interrupteurs différentiels, pour assurer une continuité de fonctionnement
  • le nombre maximum de circuits autorisés par interrupteur différentiel est limité à huit
  • Calcul de l'intensité

    Le choix du calibre (In) de l'interrupteur différentiel est déterminé soit par rapport à l'amont, soit par rapport à l'aval.

  • par rapport à l'amont : calibre interrupteur différentiel > calibre du disjoncteur de branchement (AGCP)
  • par rapport à l'aval : calibre interrupteur différentiel > une fois la somme des calibres des disjoncteurs alimentant le chauffage direct, le chauffe-eau , la pompe à chaleur et la prise de recharge véhicule électrique + 0,5 fois la somme des calibres des disjoncteurs alimentant les autres circuits


  • Les protections des circuits

    Obligation de protéger par disjoncteur

    Nombre de prises par circuit

    Le nombre et le type d'interrupteurs différentiels sont déterminés par la taille de l'installation électrique.

  • Tous les circuits doivent être protégés contre les surintensités et les courts-circuits. Seuls les disjoncteurs sont autorisés, les coupe-circuits (Fusibles) sont interdits en neuf et en grosse rénovation.


    Les circuits prises



  • Les protections contre la foudre

    Pour prévenir les risques, la norme impose la présence d'un parafoudre dans certaines situations.

    Les circuits prises

    Les circuits prises



    Le tableau électrique

    L'installation électrique doit pouvoir évoluer

    Le tableau électrique doit présenter une réserve de minimum 20 % d'emplacements disponibles, pour permettre une évolution de l'installation. En logement collectif, cette réserve doit être de six modules minimum.

    Local indépendant : une coupure d'urgence

    Tout local indépendant à usage d'habitation et comprenant plusieurs pièces doit posséder son propre dispositif de coupure d'urgence. Il assure ainsi la sécurité des occupants en permettant de couper l'alimentation depuis l'intérieur du local.



    La gaine technique logement

    Un espace dédié est destiné à recevoir la gaine technique logement (GTL).

    Les circuits prises

    L'Espace Technique Électrique du Logement (ETEL)

    L'ETEL définit un volume du sol au plafond strictement réservé aux seuls équipements de puissance, de gestion, de communication et de commande, ainsi que tous les départs et arrivées des circuits de puissance et des réseaux de communication.
    Ce volume est destiné à contenir la Gaine Technique Logement (GTL).

    Les dimensions minimales de l'ETEL sont de 600 mm de large par 250 mm de profondeur.

    Par dérogation, cette largeur peut être réduite et être égale à la largeur de la GTL augmentée de 100 mm.



    La salle de bains

    Définition des volumes de protection dans la salle de bains.

    Les différents volumes


    Des règles particulières s'appliquent à tout local qui comporte une baignoire ou un receveur de douche.


    Trois volumes définissent les mesures de protection et les caractéristiques des matériels électriques à mettre en œuvre.
    Seules les parois fixes et pérennes jointives au sol limitent ces volumes. Au delà de ces trois volumes il n'y a pas de limitation d'installation.

    Les circuits prises

    Volume 0 pour les douches à l'italienne

    Les circuits prises

    Volume caché sous la baignoire

    L'espace situé sous la baignoire ou le receveur de douche est le volume caché. Aucun appareillage électrique n'y est autorisé. Les circuits prises

    Appareillage autorisé dans les volumes

    Les circuits prises



    Le réseau multimédia

    La norme NF C 15-100 impose la présence d'un coffret de communication et régit l'installation des prises spécifiques.

    Les prises de communication

    les prises de communication permettent la mise en réseau des applications suivantes : TV, téléphone, informatique, internet... Elles doivent être de type RJ 45
  • prévoir au moins deux prises RJ 45 dans le logement, une par pièce principale. Pour les autres pièces, mettre conduit + câble + boîte d'encastrement en attente
  • il est obligatoire d'utiliser un câble 4 paires torsadées non écranté (EN NF 50441-1) ou écranté (EN NF 50441-2)
  • si les prises de communication ne peuvent pas distribuer la télévision, prévoir en plus l'installation d'un certain nombre de prises de télévision :
  • Les circuits prises

    Espace pour équipements de communication additionnels

    Un espace attenant au coffret de communication doit être placé dans la GTL pour accueillir les équipements de communication additionnels (box opérateur, switch ethernet, amplificateur télévision…).
    Au moins deux prises 2 pôles avec terre protégées par un circuit dédié sont placées de préférence dans le coffret de communication pour alimenter ces équipements.

    Prises 2 pôles avec terre et multimédia

    Lorsqu'une prise de communication ou de télévision est installée dans une pièce du logement, la norme impose qu'elle soit placée à proximité d'une prise 2 pôles avec terre.
    Deux prises 2 pôles avec terre supplémentaires doivent être positionnées suivant les besoins exprimés par le donneur d'ordre, ou à défaut dans le séjour pour disposer d'un nombre suffisant de prises pour les équipements multimédia.

    Le coffret de communication

    Toutes les prises de communication doivent être raccordées à un coffret de communication. La norme NF C 15-100 précise que celui-ci doit être équipé :
  • d'un DTI (dispositif de terminaison intérieure) au format RJ 45
  • d'un répartiteur TV
  • d'un système de répartition téléphonique
  • d'un panneau de brassage équipé d'un nombre de connecteurs RJ 45 au moins égal au nombre de pièces du logement
  • d'un emplacement destiné à recevoir le DTI Fibre Optique
  • d'une barrette de terre.
  • Les dimensions minimales du coffret sont 250 x 225 x 70 mm.
    Le câblage des prises RJ 45 et des prises TV doit être réalisé en étoile, à partir du coffret de communication.